INSTITUT POUR LA RECHERCHE, LE DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE ET LA COMMUNICATION

Accueil > Actualité > PROJET : “CAMEROON CATARACT PERFORMANCE BOND” 2020 : (...)

PROJET : “CAMEROON CATARACT PERFORMANCE BOND” 2020 : UN PRECIEUX OUTIL D’EVALUATION DES INTERVENTIONS

2020
PROJET : “CAMEROON CATARACT PERFORMANCE BOND” : UN PRECIEUX OUTIL D’EVALUATION DES INTERVENTIONS
Le projet « Cameroon Cataract Performance Bond » a pour objectif de réduire le fardeau de la cécité évitable en Afrique centrale à travers un mécanisme de financement innovant pour permettre d’améliorer l’accessibilité financière aux chirurgies de la cataracte au Cameroun et dans la sous-région. Au cours de l’année 2020, IRESCO a poursuivi la mise en œuvre de son cahier de charges pour ledit projet consistant en la vérification qualitative et quantitative sur le terrain des chirurgies de la cataracte effectuées par l’hôpital Magribi Ico Cameroon Eye Institute (MICEI).

Au terme de cette mission, un total de 1496 chirurgies a été vérifié et validé contre 1491 cas déclarés par le MICEI, soit une bonne qualité de données avec une exactitude de 99,7%. En ce qui concerne la vérification de la qualité de chirurgie, un total de 85% (170/200) ont effectivement recouvré une bonne acuité visuelle (3/10e < AV < 10/10) contre 81% (162/200) déclaré par MICEI, soit une conformité de 95,3%.
Quant à la vérification communautaire visant à déterminer le niveau socio-économique des patients afin d’apprécier l’équité d’accès, les entretiens avec les bénéficiaires des services de chirurgies de la cataracte ont été effectués à travers une méthode de sélection par intercepte au niveau de l’hôpital à jour1 post-opération. Un total de 217 entretiens a été effectué sur 300 prévus. Les résultats ont montré que moins de dix pour cent (7,8%) des patients atteints de cataracte interrogés appartiennent aux deux quintiles les plus pauvres (par rapport à la population nationale).

Dans le domaine des statistiques sur le revenu, des quintiles sont utilisés pour déterminer la manière dont le revenu est distribué au sein de la population. Pour illustrer ceci, la population est d’abord divisée en cinq parties égales en fonction du niveau de revenus : le premier quintile comprend le cinquième de la population en bas de l’échelle des revenus (c’est-à-dire les 20 % de la population ayant les revenus les plus faibles), le deuxième quintile représente les 20 % suivants (de 20 % à 40 %), etc. ; et le cinquième quintile représente les 20 % de la population ayant les revenus les plus élevés.
Il faut noter que la cible prévue pour l’échantillon des répondants n’a pas été atteinte (217/300). Ceci traduit l’une des difficultés auxquelles l’équipe de IRESCO a été confrontée. En effet, en raison de la COVID-19, les patients n’étaient plus hospitalisés jusqu’en décembre 2020. Il était donc difficile d’atteindre l’objectif prévu par mois (en deux visites), qui est de 30 à 40 patients selon le nombre d’opérations effectuées.