INSTITUT POUR LA RECHERCHE, LE DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE ET LA COMMUNICATION

Accueil > Nos activités > SUIVI-EVALUATION > Projet : “CAMEROON CATARACT PERFORMANCE BOND” : 2021

Projet : “CAMEROON CATARACT PERFORMANCE BOND” : 2021

Le projet « Cameroon Cataract Performance Bond » a pour objectif de réduire le fardeau de la cécité évitable en Afrique centrale à travers un mécanisme de financement innovant pour permettre d’améliorer l’accessibilité financière aux chirurgies de la cataracte au Cameroun et dans la sous-région. Mandaté depuis 2018 comme agent de monitoring indépendant de ce projet en partenariat avec l’Agence Européenne pour le Développement et la Santé (AEDES), IRESCO a au cours de l’année 2021, poursuivi la mise en œuvre de son cahier de charges pour ledit projet consistant en la vérification qualitative et quantitative sur le terrain des chirurgies de la cataracte effectuées par l’hôpital Magribi Ico Cameroon Eye Institute (MICEI). Ce projet qui a débuté en 2018 va s’achever en 2023.

Durant l’année 2021, un total de 1298 chirurgies a été vérifié et validé par l’équipe de IRESCO contre 1288 cas déclarés par l’hôpital MICEI, soit une bonne qualité de données avec une exactitude de 99,2%. En ce qui concerne la vérification de la qualité de chirurgie, les experts de IRESCO ont trouvé un total de 89% (223/250) de patient ayant effectivement recouvré une bonne acuité visuelle post-opératoire comprise entre 3,3/10 et 10/10 contre 86% (214/250) déclaré par MICEI.

Quant à la vérification communautaire visant à mesurer l’équité d’accès aux services à travers la détermination de l’index socio-économique des patients afin d’apprécier l’équité d’accès, les entretiens avec les bénéficiaires des services de chirurgie de la cataracte ont été effectués à travers une méthode de sélection par intercepte au niveau de l’hôpital à jour1 post-opération. Un total de 314 entretiens a été effectué. Considérant les résultats, ils ont montré qu’environ dix pour cent (10,4%) des patients atteints de cataracte interrogés appartiennent aux deux quintiles les plus pauvres sur une cible d’au moins 40% fixée par le projet.